A Dakar, c’est toujours le silence deux ans après l’assassinat de l’étudiant Mamadou Diop

Article : A Dakar, c’est toujours le silence deux ans après l’assassinat de l’étudiant Mamadou Diop
26 janvier 2014

A Dakar, c’est toujours le silence deux ans après l’assassinat de l’étudiant Mamadou Diop

Mamadou Diop a été tué par la police lors d'une manifestation politique le 31 janvier 2012
Mamadou Diop a été tué par la police lors d’une manifestation politique le 31 janvier 2012

Il était une fois un étudiant du nom de Mamadou Diop. Le jeune homme a été tué fin janvier 2012 lors d’une manifestation contre la candidature à un troisième mandat d’Abdoulaye Wade. Deux ans après le drame, où en est le dossier ? Mystère ! Deux policiers ont été arrêtés il y a un an. Ils sont poursuivis pour coups mortels et blessures volontaires. Depuis lors, aucune information. La famille, les amis et les proches du défunt vont encore commémorer le deuxième anniversaire de sa disparition sans comprendre le  silence des autorités.

Il y aura des prières et des témoignages lors du deuxième anniversaire de la mort de Mamadou Diop, étudiant à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (ucad) .Tout devra se passer à Mbour, à 80 km de la capitale sénégalaise ce 31 janvier 2014. Selon ses proches, une forte mobilisation est annoncée pour rendre hommage « au jeune martyr ».

Les circonstances de la mort de Mamadou

Tout s’est passé le 31 janvier 2012, année électorale. A la place de l’Obélisque, le soleil s’est couché. Il était 20 h 30. Sur place, presque tous les leaders politiques du Mouvement du 23 juin étaient réunis aux côtés des acteurs de la société civile, des rappeurs, artistes et du  Mouvement Yen a marre. Les manifestants qui étaient là depuis le début de l’après-midi venaient tout juste d’annoncer la fin du rassemblement. C’est à ce moment que les forces de l’ordre, des policiers, en particulier, bien armés ont tiré sur la foule des grenades lacrymogènes. Comme si cela ne suffisait pas, le chauffeur du dragon, pour parler d’un véhicule de la police a forcé le barrage en roulant à grande vitesse en direction de la foule. Ceux qui l’avaient aperçu ont pris la fuite. Presque tous les leaders politiques avaient déjà regagné leur domicile ou leur quartier général.

Les choses se sont vite passées. Mamadou Diop, qui a  tardivement vu le véhicule rouler a été broyé. Le véhicule fou ne lui a laissé aucune chance. I l sera secouru par des manifestants qui ont tenté le sauver, mais peine perdue. Une ambulance de Suma Assistance a évacué le jeune étudiant qui se battait contre la mort. Vers 22 heures, c’est l’irréparable ! Mamadou a rendu l’âme devant des étudiants inconsolables. Il  est mort d’une hémorragie interne. La nouvelle qui s’est vite répandue grâce aux stations radio a fait venir des centaines de personnes à Suma Assistance. Le candidat Macky Sall, actuel président de la République s’est aussitôt rendu sur les lieux. Il a déploré ce qui s’était passé et a apporté son soutien au père de la victime.  « Je suis venu voir un militant du parti » a lancé Macky Sall devant quelques  journalistes. Au même moment, les étudiants exprimaient leur indignation. A l’intérieur du campus social comme devant la porte de l’Ucad, ils ont brulé des pneus, barré la route avec des troncs d’arbres et autres poubelles. Dans d’autres artères de Dakar, c’est le même scénario. Le bilan était lourd : des blessés, des arrestations, des saccages d’édifices publics. Il était très difficile de calmer ces milliers de jeunes en colère contre la mort d’un de leurs camarades âge de 32 ans. Mamadou Diop a laissé derrière lui, une épouse, deux enfants, une famille révoltée qui ne demande que justice.

Partagez

Commentaires