Gorée:demandez d’abord pardon ensuite entrez dans l’ile

Article : Gorée:demandez d’abord pardon ensuite entrez dans l’ile
30 novembre 2013

Gorée:demandez d’abord pardon ensuite entrez dans l’ile

La maison des esclaves de Gorée ne désemplit pas

 Des milliers de personnes ont franchi cette porte, mais elles ne reviendront jamais . D’où l’appellation du voyage sans retour .Cette maison des esclaves de Gorée continue d’attirer des  visiteurs..De simples citoyens comme des chefs d’État et de gouvernement :

Des personnalités  y ont effectué  le voyage: Ce sont entre autres les présidents sénégalais  Abdoulaye Wade, son prédécesseur Abdou Diouf, les présidents Omar Bongo (Gabon) Houphouët-Boigny(Cote-d’ivoire), Lula(Brésil), François Mitterrand (France), Jimmy Carter, Bill Clinton, Georges Bush, Barack Obama (États-Unis),l’empereur Bokassa Ier l’impératrice, Farah Diba et sa mère, le roi Baudouin et la reine Fabiola, Michel Rocard, Jean Lecanuet, Lionel Jospin, Régis Debray, Roger Garaudy, Harlem Désir, Bettino Craxi, Nelson Mandela, Jesse Jackson, Hillary Clinton et sa fille, Breyten Breytenbach,les chanteurs James Brown et Jimmy Cliff. Certains visiteurs  en entrant dans la maison des esclaves de Gorée ont versé des larmes, d’autres trés émus ont demandé pardon.

Le pape Jean-Paul II , le 22 février 1992 a laissé entendre  dans son discours devant la communauté catholique de l’île » des hommes, des femmes et des enfants noirs ont été victimes d’un honteux commerce auquel ont pris part des baptisés, mais qui n’ont pas vécu leur foi. Il  convient que soit confessé, en toute vérité et humilité ce péché de l’homme contre l’homme, ce péché de l’homme contre Dieu. Nous implorons le pardon du ciel » .

Cette  maison reste un lieu qui revêt  une grande portée symbolique  de la traite négrière.Sa date de création remonte à 1776  selon des  historiens.

Au rez-de-chaussée se trouve les cellules (hommes, enfants, chambre de pesage, jeunes filles, inaptes temporaires). Dans celles réservées aux hommes, faisant chacune 2,60 m sur 2,60 m, on faisait entrer 15 à 20 individus , assis le dos contre le mur, des chaînes les maintenant au cou et aux bras. Ils ne sont  libérés qu’une fois par jour afin de leur permettre de satisfaire leurs besoins et tout se fait sur place. Ils y vivaient dans des conditions d’hygiène lamentables et insupportables . L’effectif dans cette petite maison variait entre 150 à 200 esclaves. L’attente de départ durait parfois près de trois mois. Les esclaves qui tentaient de résister,sont jetés par la porte sans retour, ils sont laissés à la merci des requins.  Dans cette maison, le père, la mère et l’enfant dans les cellules étaient séparées.

Jean Louis Roy  écrivain et poète canadien  disait  « Celui qui vous a dit  Gorée est une ile, celui là  a menti.Cette ile  n’est pas une ile ,elle est un continent de  l’esprit. »

En 1975 l’ile de Gorée est inscrite sur l’inventaire des monuments historiques du Sénégal et en 1978 sur la liste du patrimoine mondial de l’unesco.

Partagez

Commentaires