Archives de mots clés: joe marone

Université de Dakar: plusieurs blessés et arrestations

 

photo archive

Le ministre de l’enseignement supérieur Mary Teuw Niane en haut à gauche.

La décision  a été prise ce jeudi  21 novembre 2013. L ‘assemblée de l’université a demandé au rectorat  de porter plainte contre des étudiants auteurs des troubles. Des troubles qui ont perturbé le travail du personnel de l’université.
 

Le rectorat  dit regretter les dégâts causés par la manifestation  d’un groupe d’étudiants.Jeudi matin des groupuscules d’étudiants organisés, puissamment armés de machettes, de gourdins, de couteaux, de haches, de gaz asphyxiants, ont  exprimé leur colère dans les facultés. Cette manifestation visait à s’opposer  à  l’augmentation  des droits d’inscription des nouveaux bacheliers. Pour s’inscrire, il faut désormais débourser 25000 f cfa selon les autorités  en charge de l’enseignement supérieur .La mesure annoncée depuis plusieurs mois, a mis  les étudiants dans tous leurs états .Ces derniers ont investi hier les bureaux des scolarités des Facultés pour bloquer le déroulement des inscriptions, qui jusque là, se poursuivaient normalement. Ils ont intimé l’ordre aux agents en service de fermer sans délai leurs guichets. Ceux-ci, décidés à préserver la marche du service public et, avec l’assistance des agents chargés d’assurer la surveillance et la protection des biens de l’institution, se sont opposés à leur volonté. Les contestataires  se sont alors dirigés sur le Rectorat qu’ils ont littéralement saccagé. Quelques blessés  des deux cotés ont été notés, des vitrines  brisées, des voitures en stationnement saccagées. Certains étudiants, déjà  identifiés comme meneurs, ont été pris et mis à la disposition des forces de l’ordre. D’autres seront traduits, dans les meilleurs délais, devant la Commission de discipline selon un communiqué.

   L’Assemblée de l’Université, réunie en formation restreinte élargie aux partenaires sociaux, a demandé au recteur de porter plainte, les étudiants eux, ont promis de poursuivre leur mouvement jusqu’à ce que  les autorités reviennent sur  leur décision.