Archives de mots clés: roc

RDC : Un TPI pour juger les auteurs de crime

Jean François Mombia Atutu est un réfugié congolais vivant au Sénégal depuis 2013.Loin du pays, il suit de prés la situation en RDC. Ce pays dirigé depuis plusieurs années par Joseph Kabila s’éloigne de plus en plus de la stabilité.

Entre 1997 et 2016, prés d’un million de personnes ont été tuées, six millions de femmes violées, indique un rapport du réseau d’informations et d’appui aux ONG en RDC –RIAO, à sa tête, Monsieur Atutu. L’étude a également montré que “Feronia , une entreprise canadienne , soutenue par les autorités et des banques occupe actuellement 100 000 ha des terres des pauvres paysans pour ses plantations de palmiers à huile“.

« Comment des banques de développement peuvent –elles choisir de soutenir une entreprise avec une histoire aussi brutale de violations du droit du travail et des droits humains, d’accaparement des terres ? » s’interroge le directeur du RIAO-RDC. Face à ce constat jugé amer, les auteurs du rapport réclament l’ouverture d’enquêtes publiques sur les agissements de ces entreprises et de leurs souteneurs pour rendre immédiatement publics les documents ayant trait à ces concessions foncières et les rapports financiers de toutes les filiales.

Le directeur du réseau d’information et d’appui aux ONG en RDC, qui a profité d’une rencontre à Dakar la presse, a laissé entendre que la situation dans laquelle les congolais vivent aujourd’hui, doit pousser tous les africains à réagir. « Mon pays va mal, le peuple souffre, les défenseurs des droits de l’homme persécutés, menacés, d’autres déjà arrêtés ou tués ».

Des crimes l’humanité auxquels s’ajoutent ceux économiques qui, aux yeux de Jean François Mombia Atutu constituent des éléments de preuve pour l’installation d’un tribunal international qui doit juger tous les fautifs. L’étude présentée à la presse ce lundi 07 novembre 2016, publiée par des organisations africaines, européennes et internationales ont démonté “un système financier complexe qui profiterait directement à des proches du Président Joseph Kabila”. Devant l’ampleur des conflits fonciers, les organisations des défenseurs des droits de l’hommes demandent l’arrêt de ce qu’ils appellent la souffrance des communautés qui ont perdu leurs terres et leurs moyens de subsistance.

Le rapport 2015 de Transparency International a classé la RDC à la 147é place sur 187 dans l’indice de perception de la corruption.