Le verdict est tombé dans l’affaire Bassirou Faye, nom de cet étudiant tué à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. La Chambre criminelle a condamné le policier Sidy Mouhamed Boughaleb à 20 ans de travaux forcés  pour  meurtre  et 50millions de dommages et intérêts à verser à la famille du défunt.

Le juge n’a pas suivi le Procureur général qui, dans ses réquisitions, avait trouvé des circonstances atténuantes à l’accusé et avait demandé qu’il soit condamné à 5 ans de travaux forcés.
Sidy Mouhamed Boughaled  a déjà fait deux ans en prison.

A l’université, à l’annonce du verdict la nuit dernière, beaucoup d’étudiants ont poussé un ouf de soulagment.Certains pensent que cet acte va contribuer à l’apaisement de la tension qui règne dans le campus depuis la présence des forces de l’ordre dans le temple du savoir. Cette condamnation contre un policier, est une première aux des yeux des observateurs.

Sous l’ancien régime dirigé par Abdoulaye Wade l’étudiant Balla Gaye originaire de la ville de Tivaouane a trouvé la mort le 31 janvier 2001 lors des affrontements entre policiers et étudiants au sein même du campus social. Un policier du nom de Thiendella Ndiaye a été arrêté avant d’être libéré, en 2012, l’étudiant Mamadou Diop a été écrasé par un véhicule de la police au cours d’une manifestation d’opposition à un 3é mandat de Wade, manifestation tenue à la place l’obélisque, loin de l’université. Pour ce dossier, la police n’est pas inquiétée.

  Mort de  Bassirou Faye, qu’est ce qui s’est passé ?

L’étudiant de première année en Math Physique, Bassirou Faye a été tué au cours des affrontements ayant opposé étudiants de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar aux forces de l’ordre. Le défunt a reçu une balle selon ses camarades qui étaient présents quand leur ami est touché…D’autres étudiants, plus de 200 ont été blessés. Au service des urgences de l’hôpital principal où l’étudiant décédé a été acheminé, beaucoup de blessés étaient presque méconnaissables à cause de leurs blessures. Des jambes cassées, des lèvres coupées, des têtes ensanglantées, des visages défigurés, la situation a mis les visiteurs dans leurs états.

Tout est parti de la manifestation mercredi soir des étudiants au campus qui réclamaient leurs bourses. Le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche avait annoncé le payement à la veille. Malheureusement, les bourses n’étaient pas disponibles. Ce qui a provoqué la colère des étudiants qui, toute la nuit se sont livrés à une dure bataille avec les policiers qui se sont installés à l’ucad depuis le 21 novembre 2013. Les échauffourées ont repris tôt le matin du jeudi jusqu’à 16h heures. L’irréparable s’est produit entre 16h et 17h.

Le Premier ministre Mohamed Dione qui s’est rendu à l’hôpital principal où sont internés les blessés et le corps sans vie de Bassirou Faye, a demandé sur place au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Mary Teuw Niane, de lire le communiqué du gouvernement. Ce dernier dit ‘regretter les affrontements ayant conduit à la mort d’un étudiant. Il annonce l’ouverture d’une enquête par le procureur de la république.’

Quelques étudiants ayant suivi la déclaration du ministre de l’enseignement supérieur ont tout bonnement exigé la démission de Mary Teuw Niane. « Il a atteint ses limites ça suffit ! il faut que cela cesse. Nous ne voulons plus que des étudiants qui manifestent légitiment pour le paiement de leurs bourses ou pour autre chose, soient tués par des éléments des forces de l’ordre ». A leurs yeux, les policiers n’ont pas leur place au campus. Ils veulent une enquête impartiale menée à son terme, afin que cette fois-ci la personne responsable de cet assassinat soit arrêtée, sanctionnée et punie. « Il ne faut surtout pas que ce drame finisse comme avec le cas de l’étudiant Balla Gaye  qui, jusqu’ici n’est pas élucidé », ont-ils martelé. Ce drame intervient au moment le chef de l’Etat sénégalais se trouvait en France sur invitation de son homologue François Hollande pour participer à l’anniversaire de débarquement de Normandie.