Mbeubeus : Cette mère dangereuse qui nourrit quand même ses enfants

                            Si elle était une personne, on l’appellerait la mère de tout  Dakar. C’est une décharge que j’ai moi-même visitée. Mon premier contact avec cette décharge, a été très décevant. Tout autour, des enfants en haillons, tête sale, corps recouvert de sable, cherchent des pièces et autres objets récupérables. Peu importe le danger. Pour ces enfants, tous les moyens sont bons. Ce sont des centaines de personnes qui s’affairent chaque jour autour de cette décharge. Connue de nom, de toute la capitale sénégalaise, mbeubeus est ouverte en 1968 par les autorités sénégalaises. Elle est couvre une centaine d’hectares, et quelques 1 300 tonnes d’ordures y sont déversées au quotidien. Un trésor certainement,  pour ces centaines de  ‘ récupérateurs ‘.Ce sont des  hommes et des femmes dont le métier consiste à récupérer ce qu’ils peuvent notamment les plastiques et les  métaux sur ces tas de déchets. Même si cette activité permet de gagner correctement sa vie, elle est cependant dangereuse. On y court le risque lié à l’exposition des métaux lourds tels  que le zinc et le plomb. Face au danger permanent, le régime libéral avait annoncé la fermeture et la réhabilitation de la décharge. Le site devrait abriter à terme une centrale de valorisation du biogaz, fruit de la coopération sénégalo-canadienne. Le projet avait  prévu  d’indemniser  les ‘récupérateurs’ et un accompagnement pour leur réinsertion sociale. L’objectif final étant de convaincre ceux qui risquent leur vie dans la récupération des déchets à avoir d’autres activités saines et plus rentables. Pour une première étape, il est prévu la délocalisation  de la décharge à Sindia, localité située dans la région de Thiès .Mais Elle ne  sera pas la bienvenue. Les populations de la zone ont exprimé leur désaccord. A leurs yeux, leur village ne sera être envahi par ces ordures. Ce refus a été pris très au sérieux par le régime de Macky Sall. La question a fait  d’ailleurs l’objet de débat à l’assemblée nationale. Dans les réponses aux questions des députés, le ministre de l’environnement a reconnu le danger que cette décharge pourrait présenter dans le village de Sindia.’ Il faut trouver un autre site’, soutient  Mor Ngom.La question qui se pose aujourd’hui est de savoir, mais qui adore vraiment cette mère ? Finalement elle est rejetée partout et par tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *